Le saviez-vous ? Petit point lutherie sur les ouïes du violon.

Petite révélation : les ouïes du violon n’ont pas toujours été ce qu’elles sont aujourd’hui. Et Violon.com a décidé de vous l’expliquer…

 violon_09

Vous avez dit « ouïes du violon » ?

Les ouïes du violons sont les deux fentes situées sur la table du violon, de chaque côté du chevalet, en forme de « f ».

Ne manquant pas d’esthétisme, leur intérêt est avant tout acoustique. Mais attention, ces « f » ne servent pas à faire sortir le son du violon, comme cela serait le cas pour un instrument à vent. Ces ouïes augmentent la capacité du bois du violon à vibrer, et de cette façon, à produire un son.

Ces ouïes sont le fruit d’années de travail de luthiers, et n’ont pas toujours eu cette forme en « f ».

Une histoire qui finit en « f »

Une équipe de chercheur s’est intéressée à l’évolution de la forme des ouïes au fil du temps, pendant l’âge d’or du violon, entre le XVII et le XVIIIème siècle.

violon-son550

Accrochez-vous : ce que vous pensiez être une forme choisie intentionnellement par les plus grands luthiers de l’époque, comme Amati ou encore Stradivarius, n’est en fait qu’une succession d’erreurs infimes de reproduction !

En effet, l’étude de plus de 400 violons de l’époque a montré que les modifications de forme des ouïes se sont faites progressivement, et sont dûes aux aléas de la reproduction artisanale.

Néanmoins, il ne faut pas oublier que les luthiers ont également une excellente oreille ! Leur choix a dû se porter progressivement vers la forme qui avait le meilleur rendu sonore. A l’époque, seul le savoir-faire du luthier pouvait faire foi. De nos jours, la physique et nos instruments de mesure modernes permettent de confirmer ce choix progressif !

Un choix justifié par la physique

En effet, la sonorité du violon dépend de la forme et de la position des ouïes. La forme allongée en « f » permet en effet d’augmenter la vibration de la table de l’instrument et par là l’intensité sonore.

L’image ci-dessous tirée de l’étude citée plus haut, représente en effet la vitesse du débit d’air passant à travers les ouïes, suivant leur forme. La plus faible vitesse est en bleu et vert, alors que la plus forte est en jaune puis rouge.

 Trou-violon2_thumb

A la vue de ce graphique, il est évident que la forme en «f» est la plus adaptée pour augmenter les capacités sonores du violon. Nos luthiers de l’époque avaient donc bien travaillé !

 

Si cette étude vous intéresse, vous trouverez la référence à la fin de cet article. La forme des ouïes du violon nous montre que l’erreur est humaine… et que parfois, elle fait des merveilles !

 

Source :The evolution of air resonance power efficiency in the violin and its ancestors
Hadi T. Nia, Ankita D. Jain, Yuming Liu, Mohammad-Reza Alam, Roman Barnas, Nicholas C. Makris
Published 11 February 2015.DOI: 10.1098/rspa.2014.0905

3 commentaires sur “Le saviez-vous ? Petit point lutherie sur les ouïes du violon.”

  1. Bien moi j’ai reçu un violon cecilio électronique silent 4/4 et j’ai appliqué du colophane rouge sur larchet et j’ai réussi à entendre une seul fois un son adéquate et par la suite j’entends à peine avec mes écouteurs pourtant quand j’accorde avec laccordeur numérique le son des cordes ont les entends très bien et j’ai écouté 30 vidéos sur YouTube pour faire les bonnes choses mais j’avoue mon découragement. ..pouvez vous m’aider

    1. Bonjour et merci pour votre commentaire !
      Je ne connais pas ce violon électrique en particulier. Il est difficile de vous répondre sans voir le violon…
      Cependant, est-ce qu’un son est produit par les cordes du violon quand vous les jouer avec l’archet, en acoustique ? S’il n’y a pas de son produit, c’est que votre archet manque de colophane.
      Si un son est produit, le problème vient soit de votre casque, soit de la prise jack.
      Bon courage et bonne recherche !
      Anne-Laure

  2. Oui il faut ajouter à cet article que Stradivarius a été le luthier referent et que c’est lui qui a défini définitivement la forme des ff. Lorsque le « la  » a changé vers les années 1830 1850 , les violons ont évolué : longueur de manche mais aussi les ouies ont également été modifiées par les luthiers . En effet certains violons ont leurs ouies reprises ou retouchées de façon à optimiser le son en qualité et volume. Greilsamer a écrit un livre merveilleux sur ces sujets. Je vous encourage à le lire pour connaitre les mysteres des violons

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *